Le treuil, l’ami du vélivole – partie 4

Dans l’article précédent nous avons vu comment le câble du treuil était animé et guidé.
Aujourd’hui, nous allons voir un accessoire associé à la treuillé, le …

 

Parachute de treuil

 

Un accessoire tout simple mais indispensable; le parachute !
Je ne parle pas de celui que chaque pilote a dans le dos, celui qu’on appelle également un “pépin” car il ne sert qu’en cas de pépin.

Non, ici, il y a bien un parachute mais ce n’est pas en cas de pépin qu’il doit servir mais à chaque treuillé.

 

Treuil-Malzeville-parachute_planeur

 

C’est une pièce faite de toile et de sangles. C’est très costaud, d’un diamètre d’environ 2 ou 3 m.
Sa position se situe à l’extrémité du câble, coté planeur. On ne fixe pas le parachute directement au planeur car il serait trop près et risquerait dans certaines situations de se gonfler devant son nez. Il y a alors un bout de câble de quelques mètres entre les deux.
Le parachute fait donc partie de la chaine d’effort puisqu’il est intercalé entre le câble du treuil et celui qui le relie au planeur. Tout passe par les sangles et cet effort fait que celles-ci sont plaquées les unes contre les autres et que le parachute ne s’ouvre pas pendant la montée du planeur.

 

Treuil parachute_départ planeur

A quoi ça sert alors ?

On l’a vu, lorsque le planeur est libéré (largage du câble), il se trouve à une hauteur d’environs 400 m.
Cela veut dire qu’il y a en l’air un bout de câble de 400 m de long en train de tomber car le planeur n’est plus là pour le tenir.
Il faut donc ralentir sa chute afin que le treuil puisse embobiner toute cette longueur de câble.
Le parachute est donc là pour générer une force de réaction s’opposant à la traction de la machine afin que le câble reste tendu dans cette dernière phase.
Sans l’action du parachute, le câble finirait par descendre plus vite que la vitesse d’enroulement dans le treuil, cela produirait de nombreuses boucles en entrée des rouleaux et finirait par faire une belle salade de câble !

 

Pendant la descente du parachute, la vitesse d’enroulement pilotée par le treuillard est à son maximum. Cela permet de libérer rapidement l’espace aérien.
Le treuillard réduit progressivement la vitesse pour déposer le parachute en douceur à une trentaine de mètres du treuil puis le ramène tout doucement en le laissant traîner au sol.

Treuil parachute_descente vol à voile

Voilà de nouveaux éclaircissements qui, je l’espère, vous ont apportés un peu de culture vélivole.
Si vous aimez ces articles, criez le sur les réseaux sociaux !

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *