La cellule

Le remorquage des planeur est avant tout un travail aérien !

Un avion remorqueur doit avant tout répondre à deux critères essentiels:

  • La performance en montée et au décollage attendue (pour un faible coût)
  • La robustesse liée à l’exécution des nombreux cycles (décollage, montée, descente, atterrissage).

Alors pourquoi utiliser des avions de tourisme et/ou des ULM fragiles pour faire ce travail ?

Nous imaginons sans peine l’hérésie du choix technique d’un avion en fibre de carbone sur des champs de cailloux comme on en voit quelquefois  dans le monde du vol à voile.
Les bords d’attaques des profondeurs défoncés des Rallyes sans parler de leurs hélices en alu forgé au bords d’attaque martelés, visibles sur certains terrains, en sont la preuve.
Quels peuvent êtres les résultats de tels chocs sur une structure en fibre de carbone recouverte d’une fine couche de gel-coat ?
Que penser alors alors de la réparabilité au sein d’un club suite à un usage intensif et de petites erreurs de manip (oups, j’ai cogné  l’aileron contre le mur du hangar) ou pire encore à un nid de poule en bord de piste ou un atterrissage dur … car ça finit par arriver.
Enfoncements de fibre, petits délaminages, éclats dans le gel-coat… ou autres plaisirs que le club de vol à voile ne saura pas réparer sur place et devra gérer avec le fabricant ou un atelier agréé moyennant beaucoup de temps d’immobilisation et certainement un peu d’argent.

Il en est de même avec une structure en aluminium (Rallye par exemple) dont la maîtrise technique, tout comme les Fibres/Résine sont du domaine du professionnalisme (autant dans le geste que dans les outils). Alors…

Non !!!

Le vol à voile n’a pas besoin de cela, le budget des clubs est déjà suffisamment entaché par les faibles performances des remorqueurs actuels.

Un remorqueur doit être simple, solide et surtout réparable in situ, et pour ce faire, il doit être réalisé dans des matériaux classiques (bois, toile, acier et un peu de fibre de verre/Epoxy pour des parties non structurantes).
Ainsi fait, il sera léger, solide, et surtout maintenable à peu de frais et en peu de temps.

Le projet d’avion remorqueur dédié « Nout » intègre cette contrainte:

D’une structure classique (ailes en bois et toile, fuselage en treillis métallique), il est pensé pour être facilement constructible au sein de aéro-club.

Au sein d’un club de Vol à voile, l’équipe chargée de la construction du Kit intègre alors  toute les connaissances techniques et la culture associée à l’avion. Elle peut alors sans problème prendre en compte l’entretien et des réparations même lourdes dans un délais assez court à un coût accessible (la main d’œuvre étant gratuite).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *